Logo GIS
diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte
Loupe

A venir

Les fréquentations maritimes militaires des Petites Antilles

Université des Antilles, campus de Schoelcher (Martinique)

Du jeudi 26 au vendredi 27 octobre 2017

Publications

La Fayette : Rêver la gloire

Par Patrick Villiers & Laurence Chatel de Brancion

Souscription-LF.jpg

La Fayette : icône ou épouvantail ?


Adulé aux États-Unis, controversé en France, qui est Gilbert du Motier, marquis de La Fayette ?
Les images et les archives proposent à deux spécialistes, un historien de l’armée et de la marine, une historienne de la Révolution et de l’Empire, une relecture complète et originale de sa vie. Commencée dans un château d’Auvergne, elle s’épanouit outre-Atlantique : la mer, les grands horizons, les champs de bataille, la victoire de la Révolution américaine et un héros: Washington. Fils spirituel du premier président des États-Unis, La Fayette veut en imiter l’épopée en France.
Le vieux royaume n’est pas si facile à manier…
Le texte, scientifique et pétillant est nourri d’archives inédites. L’iconographie provenant de fonds privés et publics, apporte d’autres lumières. Plaisir pour les yeux.


[pdf] Souscription / Commande : (952,85 ko)

Le refus du déclin le port de bordeaux au XIXe siècle

Par Bruno Marnot

port-de-Bordeaux.jpg

Entre le splendide essor du siècle des Lumières et les vocations coloniale et transatlantique du premier XXe siècle, la mémoire locale n’a pas fait de place au port de Bordeaux de l’ère industrielle. Pourtant, même s’il n’occupait plus qu’un rang secondaire à l’échelle européenne, le port de la Lune est demeuré l’un des principaux établissements français du XIXe siècle et même l’un des plus dynamiques jusqu’au début des années 1880. De nombreux indices témoignent que le déclin de l’organisme fut, en définitive, plus tardif et plus relatif qu’une légende tenace tend à
le faire accroire. En dépit d’un site et d’une situation de plus en plus défavorables, le port de Bordeaux est parvenu à embrasser un horizon mondial, en particulier grâce à l’action déterminée et persévérante d’un négoce qui a su diversifier ses débouchés ultramarins vers les mondes africain, américain, asiatique et océanien. Pour répondre à la croissance sans précédent des trafics, l’établissement portuaire est également entré dans une phase ininterrompue de transformation technique et physiologique pour répondre aux nouvelles exigences de l’économie maritime et continentale.
C’est cette histoire que cet ouvrage, plus proche de l’essai historique que de la thèse universitaire, tente de remettre en lumière à partir de travaux académiques, plus nombreux qu’on l’imagine, et de diverses sources d’archives qui ont été peu ou pas exploitées jusqu’à présent.


Commander l'ouvrage
[pdf] port_de_Bordeaux.pdf (1,60 Mo)

Les Huguenots et l'Atlantique - Fidélités, racines et mémoires

(dir.) Mickaël Augeron, Didier Poton, Bertrand Van Ruymbeke

augern&.jpg

milliers de personnes, nobles, soldats, pasteurs, négociants ou petites gens qui quittent le royaume de France, pour des raisons religieuses ou dans l’espoir, tout simplement, d’une vie meilleure. Certains parviennent à bâtir de formidables fortunes dans les colonies étrangères, tandis que d’autres se contentent d’y diffuser idéaux, nouvelles techniques ou pratiques cultuelles, contribuant à modeler les sociétés d’accueil sur le plan culturel. Sait-on par exemple qu’il existe encore à New York une église de langue française, héritière directe de l’installation de colons huguenots dans l’île de Manhattan (New York) au XVIIe siècle ? que les villes de New Rochelle, dans l’État de New York, et de New Bordeaux, en Caroline du Sud, ont été fondées par des réfugiés français ? que ces mêmes huguenots ont contribué au développement de la viticulture en Afrique du Sud, à partir de la région de Franschhoek, le « coin des Français » ? Que leur périple a été exploité tant par les démocrates américains que par les idéologues du Ku Klux Klan, les tenants de l’Apartheid ou les presbytériens du Brésil ? Mythifiée par les uns, méconnue par les autres, cette « histoire du Refuge » n’en constitue pas moins un puissant ferment identitaire pour les descendants de huguenots ou les communautés réformées actuelles. Ces héritages partagés, qui dépassent les frontières nationales, sont source d’une mémoire commune qui contribue depuis la fin du XVIIIe siècle à rapprocher les deux rives de l’Atlantique autour de projets fédérateurs et d’échanges croissants.

Commander l'ouvrage

Les ports du golfe de Gascogne De Concarneau à la Corogne (XVe-XXIe)

(dir.) Alexandre Fernandez et Bruno Marnot

marnot.jpg

De Concarneau à La Corogne, les ports du golfe de Gascogne appartiennent, de longue date, à un même ensemble littoral qui s’est souvent joué des frontières politiques. Cet ouvrage a pour objet de retracer leurs destinées collectives et individuelles dans la longue durée, depuis « l’automne du Moyen Âge » jusqu’à nos jours. Ces dynamiques, qu’elles soient d’ordre commercial, technique, social ou institutionnel, sont interrogées à la fois dans la globalité de l’espace étudié, mais aussi dans la singularité des différents organismes qui le composent. Les jeux d’échelle permettent ainsi de mettre en évidence les différences de trajectoires entre les ports des deux entités étatiques, la France et l’Espagne, ainsi que les logiques de solidarité ou, au contraire, de concurrence qui ont pu alterner au niveau régional ou local. Jadis axe majeur de « l’économie-monde européenne », les ports du golfe de Gascogne sont devenus, par la dynamique surdéterminante de la recomposition des circuits d’échanges internationaux et des successives mondialisations, un segment de cet Arc atlantique qui peine aujourd’hui à s’affirmer.


Commander l'ouvrage

Les origines des Sables d’Olonne. À la conquête des eaux et des sables.

par Mathias TRANCHANT

Comment la ville des Sables-d’Olonne s’imposa comme le principal port du Bas-Poitou ?

couv-olonnes2.jpg

L’ouvrage de Mathias Tranchant relate les siècles durant lesquels la ville des Sables-d’Olonne prit son essor. À l’aide de nouvelles sources examinées avec minutie, d’enluminures d’époque et de cartes souvent inédites, il raconte le développement de cette ville et de son commerce maritime qui dynamisa les activités des sociétés littorales du Centre-Ouest dès le XIIe siècle. Sablais et Chaumois fondèrent l’essentiel de leur prospérité et de leur réputation sur la pêche pratiquée en haute mer et l’emploi précoce du sel à bord des bateaux afin de conserver leurs prises. Ce texte richement illustré rétablit au passage de nombreuses idées reçues sur quelques événements et monuments devenus mythiques aujourd’hui.


[pdf] CP_Origines_sables_d'olonne.pdf (320,99 ko)

Les chemins de la mer. Un petit port méditerranéen : Saint-Tropez (XVIIe-XVIIIe siècles)

par Gilbert BUTI

buti.jpg
L’étude de Saint-Tropez montre combien un petit port peut être un observatoire et le miroir des mutations des sociétés littorales et des économies maritimes sur le temps long. Entre la fin du XVIIe siècle et le début du XIXe, Saint-Tropez connait en effet un temps de croissance lié au dynamisme de sa vie maritime : pêche côtière, armement, navettes et caravanes vers le Levant sont autant d’organisations marchandes profitant des espaces laissés libres par Marseille.


Médaille de l’Académie de marine 2011
Mention spéciale du jury du Prix de la Corderie royale Hermione


Commander l'ouvrage

Les circulations internationales en Europe (années 1680-1780)

par Pierre-Yves BEAUREPAIRE & Pierrick POURCHASSE

pourcha.jpg

L’étude des circulations interroge la matérialité des échanges et des « processus de communication ». Elle prête une attention toute particulière aux infrastructures, à l’environnement des échanges, à l’espace et aux territoires, indissociables de l’étude des acteurs, des objets mobilisés et des institutions concernées. C’est dans cette perspective que cet ouvrage fait le point sur les dernières recherches en cours et articule des domaines d’investigation qui souvent s’ignorent.


Commander l'ouvrage

Le port de Nantes au XVIIIe siècle. Construction d’une aire portuaire

par Bernard MICHON

iconolyon.jpg

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’affirmation des ports s’accompagne d’une tutelle croissante exercée sur les havres situés dans leur environnement immédiat, entraînant la constitution d’aires portuaires maritimes. Dans le cas de Nantes, des avant-ports sont implantés au sein de l’estuaire de la Loire, notamment Paimboeuf. L’étude des bâtiments fréquentant le port de Nantes révèle également le rôle essentiel des flottilles des ports proches ainsi que les relations entretenues par leurs élites avec la place commerciale nantaise.


Commander l'ouvrage

Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe siècle)

par Daniel FAGET

iconomarseille.jpg

La maîtrise du golfe de Marseille a longtemps opposé patrons marseillais, pêcheurs espagnols et marins napolitains. Soumises à une exploitation trop intensive, certaines espèces ne sont plus que rarement observées lorsque s’achèvent les temps révolutionnaires. La certitude d’un appauvrissement inexorable des espaces marins gagne alors progressivement les populations littorales. Elle ne quittera plus le port jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale. La mémoire des richesses marines du passé est cependant préservée. Dès les premières décennies du XVIIIe siècle, savants et collectionneurs ont patiemment inventorié chacune des espèces peuplant le golfe, faisant de Marseille l’un des berceaux de l’histoire de l’océanologie.


Commander l'ouvrage

Page(s):  1  2  3  4 

©2011-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives